Edito n°7 – Pastis, cigales et changement climatique !

D’Avignon à Sofia Antipolis en passant par Marseille, une foule de concepts et d’idées nouvelles au service de l’énergie et du climat ont émergé. A l’instar d’autres régions, les acteurs privés et publics de PACA se mobilisent à la fois pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, avec, néanmoins, des spécificités qui ne se limitent pas au pastis et aux cigales.

Tout d’abord, en tant que péninsule énergétique, PACA fait preuve d’une forte culture en matière de gestion de l’énergie. Les projets concrets mis en oeuvre au niveau régional sont à relier à deux évènements marquants que sont le projet de ligne à très haute tension Boutre-Broc-Carros -dont les prémices remontent à 1983- et, plus récemment, l’implantation d’ITER à Cadarache -dont l’accord a été signé en 2005.

D’autre part, les questions de vulnérabilité et d’adaptation au sein de la région présentent une complexité singulière du fait de la variété des zones climatiques et risques naturels associés : problématique de l’enneigement dans les Alpes au Nord, canicule et remontée de la mer dans les villes au Sud.

Basées à Marseille, AIR et TEC souhaitent affirmer leur ancrage régional, participer au débat local, et en témoigner dans cette lettre d’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *