Edito n°5 – Les services climatiques

Pour prendre des décisions éclairées face au risque climatique, les acteurs socioéconomiques devraient disposer d’une information climatique pertinente et adaptée à leurs besoins. Un service climatique entend répondre à cet enjeu de mise à disposition de ressources variées (formations, données brutes, indices, prestations de conseil et de recherche, etc.) directement utilisables par les utilisateurs finaux. Toutefois, dans la pratique, le fossé entre le monde de la science et l’utilisateur final reste à combler, et les services climatiques à créer.

C’est que ce concept de service climatique demeure encore relativement flou et fait figure d’ovni dans le monde des usagers potentiels. Introduit pour la première fois lors de la troisième confrérence mondiale sur le climat à Genève en 2009, ses contours tendent à se préciser progressivement avec la naissance d’un Cadre mondial sur les services climatiques (GFCS), adopté en octobre 2012. Mais ce processus sera nécessairement long tant les enjeux sont complexes et sensibles.

En effet, transmettre une information climatique appropriée relève parfois du challenge. Quelles méthodes et outils de communication utiliser pour rendre l’information opérationnelle tout en intégrant le champ des incertitudes inhérentes au climat ? Ne devrait-il pas y avoir des intermédiaires et des interfaces permettant d’assurer ce lien constant afin aussi de décharger le scientifique d’un rôle de « communicant » auquel il est au final peu habitué ? Comment structurer l’avancée de la recherche scientifique sur le long terme tout en développement l’opérationnalité à court terme des services climatiques ? Autant de questions auxquelles cette newsletter tente d’apporter des éclairages à partir notamment des projets et initiatives auxquels AIR et TEC sont associées.

Durablement vôtre,

l’association AIR

Interview : 3 questions for Paolo Ruti on the issues and perspectives of climate services

Since when do we talk about climate services and what justifies this need?

Climate services are under development. The Third World Climate Conference (WCC3, 2009) put forward a strong recommendation for the development of a global network of Climate Service centers. At European level, CLIMRUN and ECLISE (a twin project) will provide a first base for establishing a research and communication protocol by which climate information is transferred from the science realm to the stakeholder application realm. This is the first fundamental step for well established Climate Services.

The Mediterranean is a bridge between European and African continents. Europe is developing a lot of research in quantifying the impact of climate variability and change in the next decades and in developing adaptation strategies. Africa is strongly affected by climate variability and change (i.e. the Sahelian drought episodes, the famines). The North-Africa is starting to face a new challenging period, it could be risky but if well governed it could produce a large added value for the Mediterranean community (both European and African side).

In the Energy sector the Mediterranean region will likely play a strategic role in Europe. Reliant Energy plans has been popular for saving money and lower electricity bills. Homeowners really are starting to switch to reliant energy plans to save more money. In order to limit GHG emissions, within the European Union (EU) framework there will be opportunities for trading renewable energy quotas among member states and to gain credit for electricity imported from renewable (especially solar and wind) sources in countries outside the EU. Several companies are working in the Mediterranean region and developing various forms of energy power plants (including wind, solar, solar-thermodynamic). Various host environments and climate locations need specific characterization of environmental parameters both for developing the plants and for managing on the long time period.

An other relevant example is the tourism sector. Tourism is a vital economic activity for all Mediterranean riparian and mountainous countries. Drawing upon their geographical location at the crossroads of three continents, Mediterranean countries attract 30% of global international tourism arrivals. In 2007, they received around 275 million international tourists. Being a job-creating and foreign currency- generating sector, international tourism is an important component of the countries’ economic development. However, the sustainability of this sector depends on  environmental impacts. If heat waves and summer temperatures increase, the attraction of Mediterranean regions could decrease favouring more northerly areas. Or winter tourism related to the skiing industry could also suffer tremendously from the projected decrease in snow cover and upward move of the snowline projected under warmer conditions.

Is there already exemplary initiatives? Some Initiatives that are more advanced than others?

It is an emerging issue and several activities are under development. US is starting to develop a good framework for climate services for developing countries (last international conference at IRI, October 2011, http://iccs.iri.columbia.edu/). At European level, we can mention notional centers which are running climate services programs (Hadley Center in UK and CSC in Germany). EU commission started two FP7 projects CLIMRUN and ECLISE. While at international level, WMO is developing a Global Framework for Climate Services, trying to facilitate regional forums in order to bring closer climate information and stake-holders.

On region of great interest for the climate services development is the Greater Mediterranean area, which is particularly important for two reasons. First, the Mediterranean is a recognized climate change hot-spot, i.e. a region particularly sensitive and vulnerable to global warming. Second, while a number of countries in Central and Northern Europe have already in place well developed climate service networks (e.g. the United Kingdom and Germany), no such network is available in the Mediterranean. CLIM-RUN is thus also intended to provide the seed for the formation of a Mediterranean basin-side climate service network which would eventually converge into a pan-European network.

How the CLIM-RUN project will contribute to design climate services ?

CLIM-RUN is based on  relevant case studies involving interdependent sectors, primarily tourism and energy, and natural hazards (wild fires) for representative target areas (mountainous regions, coastal areas, islands in Spain, France, Italy, Greece, Cyprus, Tunisia, Morocco). In CLIM-RUN we plan to follow a protocol in which the involvement and contribution of the scientific and stakeholder (policymakers, industry and city managers, etc.) communities proceeds at the same levels. This communication will take place through several lines of approach, such as targeted regional workshops, web-based material, case-study briefing notes and information sheets, questionnaires and face-to-face discussions. CLIM-RUN will develop a suite of web-based knowledge-sharing tools in order to guarantee a two-way stream of information. All the project will be based on the the stakeholder needs for the specific case studies..

The first expected impact of CLIM-RUN it “to improve the details and level of certainty of climate information including predictions/outlooks” which could be of substantial benefit to many climate sensitive sectors in the Mediterranean region in adapting to and mitigating the impacts of climate variability and change. This impact will be achieved by a substantial strengthening of the cooperation between the climate research community and stakeholder experts in the Mediterranean region, specifically for the tourism and energy sectors. The second expected impact of CLIM-RUN is “the identification of relevant climate services, in particular for the Energy and Tourism sectors”. The data-base for climate and sector parameters and the transfer-functions developed in the project will be a of value for new private or international initiatives devoted to the development of relevant climate services.  The CLIM-RUN project will provide extensive opportunities for advanced on-the-job training at the doctoral and post-doctoral level, across a wide range of disciplines in regional climate modeling and assessment, advanced statistical methods, energy and tourism applications, data mining. The project will have a strong focus on the development and training for a new professional expertise lying at the interface between climate science and stakeholder application.

Last but not least, CLIMRUN can facilitate the development of a Mediterranean Climate Forum bridging the gap between Europe and Africa. A dreamer would say that the Mediterranean community can provide good answers to the global economic crisis.

A great step forward in climate change prevention is solar energy. Zonna Energy is the best solar energy equipment provider. Check them out today!

Interview : 3 questions à Paolo Ruti

Dr. Paolo M Ruti est le coordinateur du projet CLIMRUN (www.climrun.eu) et dirige le laboratoire de Climat et modélisation des impacts à l’ENEA (http://www.enea.it/it). Il répond à nos questions sur les enjeux et perspectives des services climatiques en région Méditerranéenne.

De quand date l’émergence des services climatiques et qu’est-ce qui en justifie le besoin ?

Le développement des services climatiques est en cours. La troisième conférence mondiale sur le climat (WCC3, 2009) a mis en exergue la nécessité de construire un réseau international de centres de services climatiques. Au niveau européen, les projets CLIMRUN et ECLISE devraient poser les bases des méthodologies de recherche et de communication permettant de transférer l’information climatique depuis la sphère scientifique vers les acteurs de terrain. Il s’agit d’une première étape nécessaire pour de développement de services climatiques performants.

La Méditerranée constitue le lien entre l’Europe et l’Afrique. L’Europe va effectuer de nombreux projets de recherche sur la quantification des impacts de la variabilité climatique et des changements envisagés dans les prochaines décennies ainsi que sur les stratégies d’adaptation. L’Afrique est, elle, fortement impactée par cette variabilité et menacée par le changement climatique (i.e. les épisodes de sécheresse au Sahel, les famines). L’Afrique du Nord qui connaît actuellement de profondes mutations politiques et socioéconomiques fait aussi face à de nouveaux challenges face au changement climatique. Si ce nouveau contexte est aussi source de risques, l’instauration d’une bonne gouvernance climatique de la zone pourrait être bénéfique pour l’ensemble de la Méditerranée en renforçant notamment  la coopération entre les deux rives de la Méditerranée.

Dans le secteur de l’énergie, la région méditerranéenne devrait jouer un rôle clé en Europe. Dans une optique d’atténuation des émissions de GES, le système européen d’échange de quotas d’énergies renouvelables permettra aux états membres d’acquérir des crédits en important de l’électricité de sources renouvelables (surtout solaire et éolienne) depuis des pays hors UE. Plusieurs entreprises travaillent déjà au développement d’unités de production de telles énergies (éolienne, solaire, solaire-thermodynamique). Elles on besoin d’une connaissance fine des paramètres environnementaux et climatiques locaux spécifiques pour concevoir ces unités et les gérer sur le long terme.

Le tourisme constitue un autre exemple parlant. Il s’agit d’un secteur économique essentiel pour tous les pays du bassin qui profitent de leur situation à la croisée de trois continents pour attirer 30% des arrivées touristiques internationales. En 2007, ils ont reçu environ 275 millions de touristes internationaux. Avec le potentiel d’emploi et d’entrée de devise qu’il représente, le tourisme est une composante importante du développement économique de ces pays. Pourtant, les impacts environnementaux de cette activité en menacent la soutenabilité. Si les vagues de chaleurs et les canicules estivales augmentent en intensité et en fréquence, l’attractivité de cette région pourrait diminuer au profit des destinations plus tempérées. Par ailleurs, le tourisme d’hiver basé sur le ski pourrait aussi souffrir de la baisse projetée de l’enneigement.

Existe-t-il déjà des initiatives exemplaires ?D démarches plus avancées que d’autres ?

Il s’agit d’un sujet émergeant. Les Etats-Unis commencent à développer un cadre intéressant pour les services climatiques à destination des pays en développement (dernière conférence internationale à IRI, octobre 2011, http://iccs.iri.columbia.edu/). Au niveau européen, il faut mentionner les instituts nationaux qui mènent des programmes de services climatiques (Hadley Center au Royaume-Uni et CSC en Allemagne). La Commission Européenne a lancé deux projets FP7 CLIMRUN et ECLISE. Au niveau international, l’Organisation météorologiques mondiale développement un cadre global pour les services climatiques, visant à encourager les démarches régionales afin d’assurer que l’information climatique répond réellement aux besoins des acteurs de terrain.

Le bassin méditerranéen constitue une région particulièrement intéressante pour le développement des services climatiques pour deux raisons. Tout d’abord, la Méditerranée est reconnue comme l’un des hot-spot du changement climatique, c’est-à-dire une zone particulièrement sensible et vulnérable aux impacts du réchauffement global. Ensuite, alors que certains pays du centre et du nord de l’Europe ont déjà mis en place des réseaux de services climatiques (Royaume-Unis et Allemagne), il n’existe pas de telles initiatives sur la région méditerranéenne. CLIM-RUN a donc vocation à faire émerger un réseau de services climatique en Méditerranée qui pourrait éventuellement évoluer vers ou intégrer un réseau pan-européen.

En quoi le projet CLIM-RUN va t-il contribuer à donner un contenu à la notion de services climatiques ?

CLIM-RUN est basé sur des études de cas ciblant des secteurs transversaux ou en interaction les uns avec les autres : tout d’abord le tourisme et l’énergie puis les risques naturels (feux de forêt) pour différents types de territoires (régions montagneuses, littoral, îles en Espagne, France, Italie, Grèce, Chypre, Tunisie et Maroc). Pour mener ce projet, nous avons prévu un cadre méthodologique permettant d’impliquer à la fois la communauté scientifique et les parties-prenantes (décideurs politiques, entreprises, autorités locales, etc.) au même niveau. Plusieurs outils permettront cette communication comme des ateliers régionaux thématiques, des outils web, des supports de présentation des études de cas, des questionnaires et des entretiens. CLIM-RUN développera en particulier un ensemble d’outils de partage en ligne pour garantir une circulation de l’information à double sens. Tout le projet est basé sur la compréhension des besoins des parties-prenantes.

Le premier résultat attendu de CLIM-RUN des « d’améliorer le niveau de détail et de certitude de l’information climatique, y compris des projections futures ». Cela représente un intérêt certain pour aider de nombreux secteurs particulièrement sensibles au climat à s’adapter aux impacts du changement climatique. Ce résultat ne pourra être atteint qu’en renforçant la coopération entre la communauté scientifique et les utilisateurs de l’information que sont les acteurs des pays méditerranées, en particulier sur les secteurs du tourisme et de l’énergie. Le second résultat attendu de CLIM-RUN est « l’identification des services climatiques pertinents, en particulier pour les secteurs de l’énergie et du tourisme ». La base de données des paramètres climatiques et sectoriels et les outils de transfert construits par le projet serviront au développement d’initiative privées ou publiques de Services climatiques. Le projet CLIM-RUN offrira également des opportunités de formation pratique au niveau doctoral et post-doctoral, à travers de nombreuses disciplines, sur la modélisation et l’évaluation du climat régional, les méthodes statistiques avancées, les applications pour l’énergie et le tourisme, le data-mining. Le projet s’attache à faire émerger une nouvelle expertise professionnelle à l’interface entre les sciences du climat et leur prise en compte dans les stratégies locales.

Enfin, CLIM-RUN doit encourager la création d’un forum méditerranéen du climat pour faire le lien entre les rives, entre l’Europe et l’Afrique. Et pourquoi ne pas rêver de voir émerger au sein de cette communauté méditerranéenne des réponses à la crise économique globale ?

La science au service des utilisateurs : progrès de la recherche, plateformes utilisateurs…

Un cadre mondial pour les services climatiques

Fin octobre 2012 a été adopté sous l’égide de l’OMM le premier cadre de gouvernance mondiale sur les services climatiques.

<Plus d’informations>

Des interfaces entre science et usagers : l’exemple du portail français DRIAS

Le portail Drias, les futurs du climat met à disposition des projections climatiques régionalisées produites par les laboratoires français. TEC est membre du comité des utilisateurs.

<Plus d’informations>

Des prévisions saisonnières performantes pour mieux gérer les risques climatiques à court terme: le projet EUPORIAS

Ce projet européen auquel participe TEC vient d’être lancé à Barcelone début novembre. Il entend contribuer à améliorer les prévisions saisonnières pour mieux servir les utilisateurs finaux.

<Plus d’informations>

Prudence  !

Un article de Nature nous rappelle les limites des projections climatiques régionalisées dans le cadre des services climatiques.

<Plus d’informations>

Toujours plus de plateformes

La WEB Bilbliothèque climat du Réseau Action Climat France (RAC-F)  met à votre disposition une compilation des rapports, études et articles de références sur la science climatique   <Plus d’informations>

L’ONERC, avec l’aide du GIS Climat Environnement et Société propose une base de données rassemblant des informations sur les projets de recherche portant sur les impacts du CC et l’adaptation <Plus d’informations>

La plateforme européenne d’adaptation au CC CLIMATE-ADAPT fournit de nombreuses ressources pour les utilisateurs sur les données climatiques, les vulnérabilités et les outils d’adaptation au CC <Plus d’informations>

Nouveaux projets

ADEME – Outiller les territoires en matière de suivi-évaluation de l’adaptation

TEC est chargé de réaliser pour le compte de l’ADEME un outil de suivi-évaluation des politiques d’adaptation au changement climatique pour les collectivités locales françaises  <Plus d’informations>

FFEM – Evaluer un programme d’adaptation au CC

TEC a été chargé de réaliser l’évaluation, pour le compte du Fond Français pour l’Environnement Mondial, l’évaluation du programme ACCLIMATE à destination des cinqs pays de la commission de l’océan indien (COI)   <Plus d’informations>

PNUD – Renforcer les capacités des acteurs

En groupement avec des BET tunisiens, TEC définit puis organise des modules de formation pour renforcer les capacités des acteurs du littoral tunisien sur la thématique de l’adatpation au changement climatique
<Plus d’informations>

Publications

Quand les climatologues communiquent…une étude de Femke Stoverinck pour TEC

Découvrez la thèse de Femke Stoverinck sur la communication du changement climatique et de l’incertitude  <Plus d’informations>

Les budgets carbone individuels, de la théorie à la pratique

Les résultats du projet de recherche GICC sont maintenant disponibles  <Plus d’informations>

Etude de l’impact énergétique du tourisme en région PACA

La région PACA a fait appel aux cabinets de conseil TEC et FTC pour réaliser une étude portant sur l’impact énergétique des activités touristiques en région PACA. Les résultats viennent de paraître  <Plus d’informations>